Une chrétienté conquérante

 

Les origines de la croisade

La croisade est d'abord un mouvement religieux dont le but est d'arracher aux musulmans turcs la Terre sainte de Palestine où avait vécu le Christ. Ceux qui partaient devaient coudre une croix d'étoffe sur leurs vêtements, d'où leur nom de croisés.

D'autres préoccupations politiques et économiques s'ajoutèrent à l'esprit d'aventure d'une noblesse dont les chefs espéraient conquérir royaumes et principautés.

Les croisades en Terre sainte

En 1095, à Clermont, le pape Urbain II appelle les fidèles à libérer la Terre sainte. Une première vague de croisés, constituée de gens du peuple sous la direction du moine Pierre L'Ermite, est massacrée par les Turcs.

En revanche, les chevaliers venus surtout de France réussissent à prendre Jérusalem en juillet 1099. Ils créent quatre Etats latins où ils imposent le système féodal. Les moines-soldats (les Templiers, les Hospitaliers, les Teutoniques) assurent leur défense en bâtissant de puissants châteaux forts.
Krak des Chevaliers
Mais dès le milieu du XII° siècle, les chrétiens ont beaucoup de mal à repousser les attaques musulmanes. Ils font appel aux chevaliers d'Occident qui organisent, au long des XII° et XIII° siècles, sept croisades pour venir à leur secours ; mais Jérusalem est reprise en 1187 par le sultan Saladin. Avec la chute de Saint-Jean-d'Acre en 1291, les Etats latins disparaissent. C'est la fin des grandes croisades.

Ces croisades ont permis aux Occidentaux et surtout aux marchands italiens de contrôler le commerce en Méditerranée orientale. Par ailleurs, elles ont développé chez les musulmans l'image d'un Occident agressif.

L'expansion en Europe

Alors qu'elle échoue en Orient, la chrétienté remporte sur les musulmans d'éclatantes victoires en Occident. La Sicile est libérée au XI° siècle. La Reconquista de l'Espagne est menée par les rois d'Aragon, de Castille et de Navarre ; ils sont soutenus par des chevaliers bourguignons, gascons et poitevins, auxquels le pape a promis le pardon de leurs fautes. Après la victoire de Las Navas de Tolosa en 1212, les musulmans sont réduits au royaume de Grenade dont ils seront chassés en 1492.

Au XIII° siècle, des moines-soldats allemands, comme les chevaliers Teutoniques, christianisent les peuples païens qui vivent au bord de la Baltique.

L'hérésie cathare qui s'est développée dans le midi de la France est violemment combattue par l'Eglise au début du XIII° siècle. Appelés aussi Albigeois, les Cathares croient que le Bien et le Mal sont en lutte dans le monde et refusent les sacrements de l'Eglise catholique. L'Inquisition recherche et juge les hérétiques. Beaucoup sont condamnés au bûcher.

Quant aux juifs, on les oblige à se regrouper et à porter des insignes qui les distinguent des chrétiens: un bonnet pointu, une roue d'étoffe cousue sur le vêtement. Ils sont victimes de persécutions qui vont parfois jusqu'au massacre. Il arrive que les rois les chassent de leur royaume et leur confisquent leurs biens.