Tibère et Claude
 

 

Tibère et Claude ont marqué l'histoire de Rome. Voici quelques éléments de leurs règnes.

 

bullet

La jeunesse de Tibère
 
bullet

Tibère (en latin Tiberius Julius Caesar) est né à Rome vers 42 av. J.-C. Il est le fils de Livie et de Tiberius Claudius Néro.
 

bullet

La vie de l’enfant bascule en 39 av. J.-C. Il a à peine 4 ans lorsque sa mère Livie tombe amoureuse d'Auguste, petit neveu et fils adoptif de Jules César. Tibère est alors adopté par Auguste, il lui succèdera en 14 ap. J.-C. et devient ainsi le deuxième empereur de Rome. Il rejette sa première femme Vipsania Agrippina et épouse Julie, fille d'Auguste.

 


Tibère.

bullet

Tibère, un empereur controversé
 
bullet

L'empereur Tibère n'a pas eu de chance. Il a été oublié par son beau-père Auguste, trompé par son épouse Julie, manipulé par sa mère Livie et trahi par ses ministres. Tibère est, un siècle après sa mort, extrêmement calomnié par Suétone et Tacite. En effet, il a massacré de nombreux chrétiens. Pourtant, Tibère vaut mieux que la réputation qui le poursuit. Il est même, à certains égards, un des plus grands empereurs romains car un des plus attaché au bien public.
 


Buste de Tibère

 
puce

Tibère a en effet rétabli les finances de l’empire mais il devient impopulaire après la mort de son neveu Germanicus qu'il a fait empoisonner. Tibère commence à être vieux et malade. Il s'établit en 27 ap. J.-C. à Capri. Séjan, le chef de la garde prétorienne contrôle Rome à sa place. Mais Séjan empoisonnera le propre fils de Tibère ce qui explique sans doute les cruautés de sa fin de règne.
 

puce

L'histoire raconte que Tibère fut peut-être assassiné par les gardes de Marcron le 18 mars en 37 ap. J.-C.  mais il est possible que Tibère soit décédé de mort naturelle.  A la mort de Tibère, les Romains auraient crié : « Tiberius ad Tibérim », qui signifie  « Tibère dans le Tibre. »

 

bullet

Claude, un empereur différent

Claude (en latin Tiberius Claudius Caesar Augustus Germanicus) est né à Lyon en 10 av. J.-C. et mort à Rome en 54 ap. J.-C. Il devient empereur en 41. A la mort au de Caligula, il est âgé de 52 ans. Il est, au moment de l'assassinat de Caligula, la seule personne de la famille d'Auguste puisqu'il est fils de Drusus, petit-neveu d'Auguste par sa mère Antonia la Jeune. Les prétoriens l'imposent au Sénat et Claude est alors investi le 25 janvier 41.
 


Claude

puce Portrait de Claude

L'empereur Claude n'a pas d'allure, il est agité de tics nerveux, à demi bègue, goinfre, ivrogne et peureux. Tenu à l'écart depuis toujours, il n'a pas d'expérience politique ni militaire. C'est un intellectuel qui a consacré ses loisirs forcés à des études historiques. Sa culture est étendue mais son élocution pénible et la suite de ses idées n’est par toujours évidente. Il n'avait pas demandé le pouvoir mais il commence son règne par une réaction contre les actes de Caligula en proclamant une amnistie. En fait, malgré une certaine faveur obtenue auprès de la plèbe, Claude trouve surtout ses principaux appuis chez les prétoriens, et dans l'armée. Cet empereur si peu militaire a par la suite une politique extérieure active et brillante et assure de belles carrières aux chefs de valeur même s'il ne combattit jamais personnellement.

puce

Les principales caractéristiques de son règne

Claude, après les désordres du règne de Caligula, œuvre surtout à restaurer la grandeur de l'état. Héritier d'Auguste, il veut, comme lui,  agir en accord avec le Sénat. Tout d'abord, il refuse les honneurs excessifs du culte impérial. Comme ses prédécesseur Auguste et Tibère, il est favorable aux traditions de Rome et hostile aux religions étrangères. Ainsi, il chasse de Rome les Juifs et interdit le druidisme. Il s'efforce, par ailleurs,  de restaurer les anciens cultes ; il organise le collège des haruspices et il célèbre des jeux.  Ensuite,  Claude est passionné de justice et aime à la rendre lui même. Il fait preuve d'humanité notamment envers les esclaves et les affranchis. A ce titre, Narcisse est un des exemples révélateurs de ce trait de caractère. Affranchi par Claude, il prend une grande part au gouvernement de l'Empire mais à  l'avènement de Néron en 54, il se trouve contraint au suicide. Claude se montre par ailleurs  généreux avec les habitants des provinces romaines au point de susciter la critique des sénateurs. Claude doit alors réprimer des complots et se montre sévère car il vit dans la hantise de l'assassinat ce qui le rend impitoyable. Enfin, l'archéologie garde le souvenir de ses travaux d'équipements : entrepôts, aqueducs et de nombreuses routes sont refaites ou ouvertes.

puce

Une fin de règne tragique

La fin de son règne est assombrie par les intrigues de ses deux dernières épouses. Messaline, dont il a un fils Britannicus, le trompe odieusement et est exécutée en 48 car elle complote contre lui. Il épouse alors, sur le conseil de son autre affranchie Pallas, sa nièce Agrippine la jeune et adopte son fils Néron. Mais Agrippine a une ambition dévorante, le goût du pouvoir et s'attache à supplanter Britannicus afin d'assurer l'Empire à Néron. Elle réussit alors à le faire adopter par l'empereur et pour assurer son pouvoir, elle empoisonne Claude en octobre 54, il est alors âgé de 64 ans.

horizontal rule

Accueil | Auguste | Tibère et Claude | Néron | Trajan

Cette page a été réalisée par Kévin et Anthony en avril 2006.